samedi 4 novembre 2017

Derrière la prise

Derrière la télé, derrière le réfrigérateur ou l’ordinateur, il y a une prise.
Mais savez-vous ce qui se cache derrière la prise ?
Enercoop vous propose un voyage unique pour découvrir d’où vient son électricité 100 % renouvelable et coopérative !

mercredi 1 novembre 2017

La bombe et nous



Alors que le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-un réveille le cauchemar de l'escalade nucléaire , le mythe de l'équilibre de la terreur vacille. 

Face à l'opposition des nations nucléarisées... dont la France , 63 % des Etats représentés à l'ONU ont voté le 7 juillet 2017 pour la création d'un instrument juridique qui interdit la production et la possession d'armes nucléaires.


Le Prix Nobel de la Paix a été attribué le 6 octobre dernier à l'ICAN


 
La sortie du film " La bombe et nous " produit par DHR qui sera projeté le samedi 11 novembre à 17 h au cinéma l'Oustal à Auterive est une formidable occasion de s'interroger sur ces contradictions . 


la Bombe et nous - teaser 09/17 from Direction Humaine des Ressources on Vimeo.



lundi 11 septembre 2017

Qu'est ce qu'on attend ?

Comment une petite commune alsacienne de 2200 habitants  est devenue championne internationale des villes en Transition ?
Comment un mouvement d'initiatives citoyennes se forme pour ré imaginer et reconstruire notre monde ?

Venez le découvrir le Dimanche 24 septembre au Cinéma l'Oustal à Auterive à l'occasion de la projection du film " Qu'est ce qu'on attend ? " de Marie Monique Robin.
  • La revue de presse de ce film magnifique " dont on ressort gonflé à bloc " c'est ICI .
  • La bande annonce :

Qu'est-ce qu'on attend ? Film Annonce from M2R Films on Vimeo.


Qu'est-ce qu'on attend ? Film Annonce from M2R Films on Vimeo.



A cette occasion 2 associations locales vous présenteront leurs projets .
Au programme:


  • Atelier participatif et solidaire de mécanique vélo avec Véloterive.

























jeudi 17 août 2017

Camps Climat Cuvée Maury 2017 .

jeudi 3 août 2017

Depuis hier l'humanité vit à crédit


 Résultats de recherche d'images pour « planete vit a crédit »


Chaque année plus tôt. Mercredi 2 août 2017, l'humanité a consommé l'intégralité des ressources naturelles que la planète est capable de renouveler chaque année. Il lui aura fallu seulement 214 jours, soit huit de moins qu'en 2016. Jusqu'à la fin de l'année, notre civilisation va donc vivre sur les réserves de la Terre pour continuer à se nourrir, se chauffer, se déplacer... Une surexploitation des écosystèmes qui compromet leur capacité à se régénérer.

Calculé tous les ans depuis 1986 par l’ONG Global Footprint Network, le « jour du dépassement de la Terre » compare, grâce à plus de 15 000 données des Nations Unies, l’empreinte écologique de l’homme avec la biocapacité de la planète. Jusque dans les années 1960, l’humanité est parvenue à exploiter moins de ressources naturelles que la capacité de la Terre à les reconstituer et à absorber les gaz à effets de serre. Un seuil fatidique franchit en 1970, où la planète est devenue déficitaire le 357e jour. En 2017, les besoins de l'humanité représentent 1,7 fois les capacités de sa planète d'accueil.
En cause : la déforestation, la pêche intensive, la croissance démographique et les émissions de CO2 toujours trop importantes : « Les émissions de gaz à effet de serre représentent à elles seules 60% de notre empreinte écologique mondiale », rappelle l'ONG dans son rapport. Concrètement, ce dépassement des capacités de la planète se traduit de plusieurs manières : acidification des océans, disparition des espèces, érosion des sols, pénurie d’eau ou encore augmentation de la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.
Selon Global Footprint Network et le WWF, « des signes encourageants » indiquent cependant qu’il est « possible d’inverser la tendance ». Malgré la croissance démographique et de l’économie mondiale, « les émissions de CO2 liées à l'énergie n'ont pas augmenté en 2016 pour la troisième année consécutive », relativisent les organisations. Un phénomène qui peut s’expliquer par l’augmentation de la part des énergies renouvelables.
Le meilleur moyen de voir cette triste date reculer reste que l’ensemble des pays signataires de l’accord de Paris respectent ses dispositions.

mercredi 21 juin 2017

Camps Climat Maury 2017


Pour la 1ère édition 2016 plus de 300 personnes avaient répondu à l'appel.

Cette année , pour  la cuvée Maury qui s'annonce très prometteuse , les 500 places disponibles se sont arrachées dès l'ouverture de la campagne d'inscriptions !



Pour tout savoir sur les raisons de cette mobilisation exceptionnelle c'est ICI .

mardi 13 juin 2017

Financement Alternatiba Toulouse : J-4

En septembre 2015 nous étions des milliers à découvrir le village Alternatiba de Toulouse .



Un pari gagnant grâce aux efforts de centaines de bénévoles et à un financement participatif indispensable.

Les 23 et 24 septembre 2017 le village Alternatiba Toulouse s'installera Prairie des Filtres avec votre aide.


Un clic ci dessous pour nous rejoindre ...

mardi 6 juin 2017

Emmaus Toulouse fête ses 40 ans








Emmaus Toulouse fête ses 40 ans .

Alternatiba Toulouse sera présent le Dimanche 18 juin à Labarthe sur Lèze .


 Le programme de la journée.




Nous vous attendons nombreux pour soutenir cet acteur de la Transition.


dimanche 4 juin 2017

Le C.A.T. en campagne sur la 7 pour une Energie Citoyenne



Le C.A.T. après une consultation citoyenne à l'occasion des municipales de 2014 entre en campagne en

sollicitant les candidats aux législatives 2017 sur la 7ème circonscription de Haute Garonne.

Au programme :
  1. Sortie du Nucléaire 
 Les résultats sont consultables ICI .

   2. Développer les Energies Renouvelables

Nous invitons les candidats ayant répondu au point 1 à se positionner sur ce qui suit...




À l’occasion des élections de 2017, des acteurs de la protection de l'environnement, de l'énergie et de l'ESS se sont rassemblés pour interpeller les candidats et responsables politiques sur des mesures de développement des énergies renouvelables citoyennes.
Les propositions de ce collectif ont rencontré un écho très favorable auprès des candidats à la présidentielle. C’est maintenant au tour des candidat.e.s aux législatives de prendre position. 
 

Aujourd'hui, les énergies renouvelables s'appuient sur un modèle décentralisé, qui offre un nouvel équilibre entre réponses concrètes aux attentes des citoyens comme des territoires, en matière d'emploi, de santé, de démocratie et d'accès à l'énergie.
Et aujourd’hui, les citoyens, comme les collectivités, peuvent devenir acteurs de la production et de la consommation d’énergie,
en impulsant ou en participant à des projets collectifs et locaux d’énergies renouvelables.C'est efficace, c’est vertueux pour la société et bénéfique pour l’économie :la dynamique de l’énergie citoyenne et participative doit être développée et devenir un axe fort de la politique énergétique du prochain quinquennat.

Candidat.e.s aux législatives : soutenez le manifeste pour l’énergie citoyenne

Vous êtes convaincu.e que la transition énergétique et le développement des énergies renouvelables passeront par l’implication des citoyen.ne.s et des collectivités ? Que l’énergie citoyenne et participative est un formidable levier de développement de votre territoire ?
Le collectif vous invite à prendre connaissance du manifeste pour l’énergie citoyenne et à vous engager à promouvoir son développement, dans le débat public, à l’Assemblée nationale comme sur votre territoire.

Exprimez votre engagement et votre soutien au manifeste :

Citoyen.ne.s : mobilisez vos candidat.e.s pour l’énergie citoyenne

Nous tous, acteurs de la société civile, interpellons les candidat.e.s pour qu’ils.elles rejoignent la dynamique et s’engagent à soutenir le manifeste.
Comment ? Le kit de mobilisation contient tous les supports prêts à l’emploi : listes des candidat.e.s par circonscription, exemples de tweets, courrier ou courriel, texte pour newsletter et site, visuel… A consommer et diffuser sans modération !

Qui s’engage ? Les résultats de la campagne

Le collectif publiera ici, à la veille du premier et du second tour des législatives le récapitulatif de la liste des candidat.e.s que vous pourrez retrouver également tout au long de la campagne sur Twitter en suivant #EnergieCitoyenne.
energie citoyenne

À l'approche des élections de 2017, des acteurs de la protection de l'environnement, de l'énergie et de l'ESS se sont rassemblés pour interpeller les candidats et responsables politiques sur des mesures de développement des énergies renouvelables citoyennes.
Retrouvez le détail de chaque proposition sur le site d’Énergie Partagée.

lundi 29 mai 2017

Chantier participatif Azur à Saint-Ybars le Samedi 3 juin

Nous recevons ce jour cet appel à Solidarité via nos amis du Goût Des Autres...

Suite à des déboires familiaux et des imbroglios compliqués et trop long à 
expliqués,l'exploitation agricole d'Azur se trouve en danger car elle a du
 retard sur toutes les plantations. 

Genre, elle n'a pas encore planté ses tomates...

Il serait bon et solidaire de donner un petit coup de pousse-boost pour venir 
planter ses malheureux plants qui végètent dans des godets.

Et qui ne demandent qu'à prospérer si éventuellement quelques bonnes âmes,
 des mains secourables et des doigts bienveillants puissent les mettre en 
contact avec notre bonne Terre nourricière.  

Je sais , c'est un peu court pour prévoir. Car c'est dans 6 jours,
 mais il y a urgence et on avance comme on peut.

Je suis Maraîcher comme elle, toujours en cours d'installation, 
et elle m'a suggéré de passer par mon réseau toulousain, permaculteur et
 colibriesque. 

Bref, toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Bien sûr, à diffuser au max autour de vous, il va bien y avoir une quantité 
de personnes qui seront libre ce week-end, non ? 

Disons que c'est une journée conviviale et auberge espagnole à midi. 9h-17H 30 ?
 Ou plus tôt car il fait chaud maintenant. 

RDV sur Toulouse à votre convenance pour covoiturer.

Son adresse : Lieu-dit Le Cabaroque 09210 Saint-Ybars.

Son tel  Azur 0641739119. 
Quelques infos le potager du Cabarroque ICI
 
 
 

mardi 23 mai 2017

Les Nainsdignés lancent le grand défi des alternatives

 16 mai 2017 / Margaux Desdet (Reporterre)




Lundi matin 15 mai, dans 17 villes de France, des centaines de nains de jardin, surnommés les « naindignés », manifestaient dans les rues. Ils ont été source d’interrogation pour les passants, comme sur les réseaux sociaux derrière les hashtag #naindigné. Ce n’est qu’en fin de journée que le mystère a été dévoilé : ce happening, à l’initiative de la dynamique citoyenne pour le climat Alternatiba, a annoncé le lancement du Grand Défi des Alternatives, proposé à l’ensemble des citoyens. Comme le précise Cécile Marchand, la porte-parole, « il fallait enclencher la transition écologique et sociale sans attendre que la solution vienne d’en haut ». Ces #Naindigné sont donc devenus les symboles de la détermination à construire des alternatives durables. Car si les initiatives solidaires se multiplient et prennent de l’ampleur, elles sont encore trop marginales pour faire système.
Engagée dans la promotion d’alternatives concrètes au dérèglement climatique depuis 2013, Alternatiba lance une campagne en deux temps. Première étape : impulser le passage à l’action des citoyennes et des citoyens. Elle lance d’ailleurs une grande plate-forme en ligne pour relever ce défi, pendant que des mobilisations se préparent. « Le but est de réaliser des actions concrètes sur 200 jours : c’est ce qu’on appelle le crowdacting. Chacun peut ainsi rejoindre une équipe, découvrir les défis près de chez lui et relever ceux de son choix. On peut s’engager pour la transition énergétique, la finance solidaire ou l’alimentation durable », précise Cécile Marchand. La deuxième étape sera d’intégrer les collectivités locales dans le mouvement.




Naindignez vous !

vendredi 12 mai 2017

jeudi 11 mai 2017

jeudi 4 mai 2017

Le changement climatique oublié des politiques

Après le pitoyable spectacle du " débat  des pestilencielles " d'hier , force est de constater que l'environnement et à fortiori le changement climatique corrélé à nos choix politiques et économiques est hors champ de la réflexion de la grande majorité de nos concitoyens.

Ce constat résultant en partie des choix des médias qui privilégient de mettre en avant d'autres thématiques lors de ces pseudos " confrontations " télévisuelles .

Que se serait passé si la première question posée hier aux 2 candidats avait été " Quelle est votre position par rapport au changement climatique ? "

Nous ne le saurons jamais puisque aucun des metteurs en scène de ce spectacle grotesque n'a conscience de la centralité de ce problème.

Faut il se résigner à remettre ces problématiques à plus tard jusqu'à ce qu'il soit trop tard ?

Fort heureusement ce matin Reporterre comme souvent a su se distinguer pour tenter de recadrer les priorités.

Source Reporterre : 4 mai 2017 / Jean Foyer et Amy Dahan


En décembre 2015, la COP21 avait imposé la question climatique sur les agendas politiques. Aujourd’hui, expliquent les auteurs de cette tribune, la « climatisation » a reculé : le déni est aux commandes aux Etats-Unis et en Russie, et la campagne présidentielle française a, sauf à gauche, oublié le climat.
Jean Foyer est sociologue et politologue à l’Institut des sciences de la communication (ISCC-CNRS). Il a codirigé la rédaction de l’ouvrage Globalising the Climate. COP21 and the climatisation of global debates. Amy Dahan est mathématicienne et historienne des sciences, directrice de recherche émérite au CNRS.

Il y a un an et demi, la COP21 se présentait comme une réunion historique du processus de négociation onusien sur le changement climatique, la réunion de la « dernière chance » pour sauver la planète. Malgré les critiques de la société civile et de quelques analystes, le pari a semblé gagné, avec la signature d’un accord de 192 pays qui allait même jusqu’à relever — sur le papier — le niveau d’ambition de la lutte contre le changement climatique. Puis, dans l’élan impulsé par la COP, l’accord était ratifié à une vitesse inédite, y compris par le couple États-Unis — Chine, qui en avait été moteur. Dans une gouvernance quasi magique et « incantatoire » [1], la rhétorique officielle fonctionnait à plein régime, répétant que « les planètes étaient alignées » et que l’accord allait agir comme une « prophétie autoréalisatrice ».
Nous avons analysé cet événement comme la culmination d’un vaste mouvement de « climatisation du monde » [2] au sens où la problématique climatique s’est imposée toujours davantage comme un des principaux problèmes globaux discutés aussi bien dans les arènes onusiennes qu’au sein du mouvement altermondialiste ; problème capable d’englober d’abord les questions énergétiques évidemment, mais aussi celles du développement, de la sécurité ou encore de l’alimentation. Depuis le « business », soucieux de retourner les accusations contre le modèle de production en une « opportunité pour le marché », jusqu’à l’agriculture devenant tout à coup « climate smart », en passant par l’encyclique du pape François, aucun secteur social n’a paru pouvoir résister à l’attraction exercée par les enjeux climatiques, un problème qu’aucune force ou acteur public ne pouvait plus ignorer. La climatisation revêtait des formes très diverses, plus ou moins stratégiques, du simple greenwashing à quelques initiatives d’envergure menées au nom du climat dans certains pays, et en particulier le secteur énergétique. On peut voir cette « climatisation » comme une déclinaison singulière et sans doute dominante, d’un mouvement plus général d’environnementalisation de nos sociétés, c’est-à-dire de prise de conscience des problèmes écologiques, avec toutes ses ambigüités.

L’élection de Trump, l’une des plus cruelles leçons de réalisme pour la gouvernance climatique 

En fait, si la climatisation du monde est un mouvement de fond qui continue de travailler nos sociétés, elle reste essentiellement un mouvement symbolique, qui ne s’actualise que fort peu dans des actions concrètes à la hauteur du problème. L’idée de climatisation s’est avérée tout à fait compatible avec une autre caractérisation du régime climatique : celle d’un « schisme de réalité » [3]. Cette notion renvoie au hiatus profond entre la vision globale et managériale du problème dans les arènes onusiennes d’une part, et le monde réel tel qu’il fonctionne, marqué par la violence des rapports de force géopolitiques, la concurrence économique effrénée, la domination des modes gaspilleurs de production et de consommation capitalistes et l’inertie destructrice de la crise écologique, d’autre part.
Le slogan de campagne de Donald Trump dans l’État de Californie, en novembre 2016.
L’élection de Donald Trump un an après la COP21, au moment où les États parties à l’Accord de Paris commençaient à peine à plancher sur sa difficile mise en œuvre, constitue une des plus cruelles leçons de réalisme pour la gouvernance climatique. Non seulement les étoiles ne sont plus alignées, mais la prophétie aura bien du mal à se réaliser puisque, dans une gouvernance globale qui veut se faire désormais non par des normes contraignantes, mais à travers des « signaux », ceux-ci semblent tous au rouge. Au moment où les données météorologiques de 2017 sont de plus en plus alarmantes, les responsables de la première puissance mondiale affichent leur déni du changement climatique, s’emploient à détricoter systématiquement les quelques avancées réalisées par le gouvernement Obama et veulent mettre en œuvre des politiques énergétiques catastrophiques pour le climat, avec le redéploiement des énergies fossiles. Il faut dire qu’avec Rex Tillerson, ancien PDG de Exxon Mobil, à la tête de la diplomatie américaine, les thématiques climatiques et environnementales ont à peu près autant de place que dans la série télévisuelle Dallas. Et Trump est suivi par Poutine, qui proclame sa volonté d’exploiter l’Arctique et les voies maritimes du pôle Nord.

Nous ne nous contentons pas de stagner, nous reculons 

Plus fondamentalement, ce déni impudent de Trump et de certaines élites paraît signer la fin de l’idéal d’un monde commun, que le rêve libéral d’après-guerre et le multilatéralisme ambitionnaient encore de partager. Trump ne veut plus rien partager du tout, il ne cherche même plus à construire un ordre mondial commun : « America first ! » Le trumpisme sonne un double hallali. Comme l’écrit Bruno Latour, « nous sommes tous pris au milieu de ce qui ressemble de plus en plus à un début de panique en cas d’incendie dans un théâtre : il y a ceux qui continuent de fuir vers les protections assurées par une explosion inouïe des inégalités — ce qu’on résume par le terme commode du 1 % des 1 % — et ceux qui fuient à rebours vers la protection, elle tout à fait imaginaire, donnée par les frontières nationales ou ethniques. Au milieu, il y a tous ceux qu’on risque de piétiner… » [4].
Ces signaux ont été captés chez nous par une partie de la droite française, Sarkozy et Fillon en tête, dont le climatoscepticisme s’est trouvé désinhibé. Si une partie de la gauche semble avoir légèrement écologisé son discours, la place de la question climatique dans le débat de la présidentielle relativise ce mouvement. Les enjeux climatiques et environnementaux demeurent très loin derrière ceux de sécurité, d’emplois et de migrations dans le débat public et l’agenda politique. Contre la voie détestable du repli identitaire et nationaliste, la voie européenne et l’ouverture au monde global, aussi souhaitables soient-elles, doivent impérativement aller de pair avec une prise de conscience des limites planétaires et une repensée profonde de l’éthos moderne et progressiste.
À l’heure où il aurait fallu drastiquement accélérer la lutte contre le changement climatique, nous ne nous contentons pas de stagner, nous reculons. À se demander si, dans l’inconscient collectif, les grandes messes comme la COP21 ne sont que de vastes performances de sérieux où le monde fait semblant de vouloir enrayer le réchauffement climatique et ainsi, faire durer le non durable.

lundi 1 mai 2017

Irrintzina à l'Oustal

Le 12 juin 2015 le Tour Alternatiba faisait étape à Auterive.

2 ans plus tard , le film événement qui relate la formidable aventure de ce mouvement fera étape le samedi 3 juin à 16 h sur l'écran de l'Oustal . et nous accueillerons les réalisateurs et certains de ses acteurs.


En ces temps où tout ce que nous défendons va être attaqué au plus haut niveau de l'Etat , il convient de se mobiliser.

Comme dans un bon Irrintzina , ce cri ancestral basque , c'est le cœur , c'est la chaleur , c'est votre énergie qui feront vivre ce film .

Nous comptons sur vous pour faire résonner ce cri de la Génération Climat auprès de vos contacts , amis , proches et espérons vous accueillir aussi nombreux qu'à Marseille où le film a été applaudi avant même le générique de fin !



Un avant goût de cette avant première :


[Irrintzina à J-3] Urgence filmique pour urgence climatique*! from fokus 21 on Vimeo.

Tout sur le film ; ICI .

A l'occasion de ce 30ème Ciné Citoyen , l' entrée sera offerte au  2000 ème spectActeur.


mercredi 5 avril 2017

BNP Paribas Tête d'affiche ...



 " Choisis ta banque " :   Le guide  indispensable à diffuser largement  y compris...aux agences bancaires de votre commune de résidence.

lundi 3 avril 2017

Anniversaire des Panama Papers et BNP

  468 affiches pour 468 sociétés offshore

Paris, le 3 avril 2017 - A l’occasion du premier anniversaire de la révélation du scandale des Panama Papers, trente agences de BNP Paribas ont été recouvertes partout en France par 468 affichettes en référence à la création par la banque de 468 sociétés offshore pour la seule liste du cabinet Mossack Fonseca. Les Amis de la Terre, avec les Faucheurs de chaises, appellent à participer à la mobilisation contre le rôle de BNP Paribas dans l’évasion fiscale et le financement des énergies fossiles le 11 avril à Paris et à Bar-le-Duc à l’occasion du procès de Florent Compain.


A Nancy, Limoges, Paris, Angers, et plusieurs autres villes en France, les vitrines des agences de BNP Paribas ont été intégralement recouvertes par des affichettes "J’accuse" dénonçant le rôle de la banque dans l’évasion fiscale et le financement des énergies fossiles, comme les projets Dakota Access Pipeline et Texas LNG. Au total, ce sont près de 30 agences qui ont été recouvertes partout en France par des militants de différentes organisations.
468 affichettes précisément composaient ces patchworks, en référence aux 468 sociétés offshore créées par BNP Paribas pour elle-même et pour le compte de ses clients [1]. Ce chiffre avait été révélé en 2016 dans le cadre du scandale des Panama Papers issu de la fuite de documents confidentiels du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca qui mettait en lumière la création d’un grand nombre de sociétés offshore et le nom de leurs actionnaires.
Cette action s’ancre dans le cadre de la semaine internationale de mobilisation contre l’évasion fiscale #EndTaxHavens / #StopParadisFiscaux [2]. Elle annonce la journée de mobilisation du 11 avril, jour où le président des Amis de la Terre Florent Compain sera jugé à Bar-le-Duc, suite à une action des Faucheurs de Chaises. A Paris à 12h30, un rassemblement est annoncé au 16, boulevard des Italiens, devant le siège de la BNP Paribas. A Bar-le-Duc, la mobilisation locale commencera à 8h, une heure avant le début du procès. 150 organisations de la société civile internationale et française et des communautés impactées ont apporté leur soutien à Florent Compain et dénoncé le rôle de BNP Paribas dans l’évasion fiscale, le financement des énergies fossiles et le soutien à des entreprises responsables de violations des droits de l’homme [3] . Le 11 avril, à Paris comme à Bar-Le-Duc, nous mettrons la BNP Paribas sur le banc des accusés !

jeudi 16 mars 2017

Apple Opacité Fiscale



Le 13 mars à 8h30, une trentaine de militants de l’association Attac ont recouvert en blanc la vitrine d’une boutique Apple Store, dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris [1]. Cette action symbolique visait à opacifier les vitrines de la marque à la pomme pour dénoncer son opacité financière et ses pratiques d’évasion fiscale.





En septembre 2016, la Commission européenne a condamné Apple à reverser plus de 13 milliards d’euros à l’Irlande, pour compenser des impôts dûs et non versés entre 2003 et 2013. Elle pointait notamment le caractère « illégal » de deux rescrits fiscaux (ou rulings) accordés à Apple par l’Irlande en 1991 et en 2007. Ces accords secrets conclus entre administrations fiscales et multinationales – au centre du scandale Luxleaks dont la décision du procès en appel sera rendue le 15 mars – fixent à l’avance les conditions d’imposition de ces dernières, conditions généralement extrêmement avantageuses. En l’occurrence, les deux rescrits incriminés ont permis à Apple de faire baisser son taux réel d’imposition en Irlande à seulement 0,005 % de ses bénéfices en 2014 ! La Commission les a assimilés à des aides d’État déguisées (lire à ce sujet notre précédent article).
Pour Annick Coupé, secrétaire générale d’Attac, « cette amende de 13 milliards d’euros n’est que la partie visible de l’iceberg. En 2016, Apple détenait 215 milliards de dollars sur des comptes offshore. Des sommes colossales qui échappent à la fiscalité des pays dans lesquels la multinationale exerce réellement ses activités. » Pour lutter contre l’opacité financière, de nombreux organisations de la société civile réclament la mise en place d’un « reporting pays par pays » public, soit l’obligation pour des multinationales comme Apple de rendre publics la liste de leurs filiales dans tous les pays où elles sont implantées, avec le chiffre d’affaires, les profits et le nombre d’employés de chacune. Attac appelle à multiplier les actions « pour que les multinationales rendent l’argent qu’elles ont détourné depuis des années et qu’elles payent enfin leur juste part d’impôts dans les pays ou elles exercent réellement leurs activités ». Le manque à gagner pour l’État français du fait de l’évasion fiscale est évalué entre 60 à 80 milliards d’euros par an.

En bonus la vidéo de l'intégralité de l'action  ( durée 20 minutes. )


Source : Basta !

mercredi 8 mars 2017

Libérons le Louvre

Ce dimanche 5 mars au matin, près de 40 membres du collectif “Libérons le Louvre” ont pris part à une performance dans le musée du Louvre, pour dénoncer le partenariat entre Total et le Louvre. Vêtus de noir, ils se sont réunis au pied de la Victoire de Samothrace. Cet emplacement symbolique pour le lancement de la campagne de mobilisation devait marquer la détermination du collectif à multiplier les performances de ce genre jusqu’à la victoire.
Peu avant 10 heures, ils ont enlevé leurs châles, vestes et gilets noirs qu’ils ont lentement déposés sur les marches de l’escalier qui descend depuis la base de la statue, formant ainsi une marée noire symbolique coulant vers les galeries du musée sponsorisées par Total.



Cette action fait suite au lancement de notre appel international, signé par près de 10 000 personnes, demandant au musée de mettre immédiatement fin à ses liens avec l’industrie fossile, appel auquel la direction du Louvre a jusqu’à présent opposé une fin de non-recevoir. Un collectif informel a donc décidé de mener une campagne mêlant art et militantisme, pour attirer l’attention du public sur ces liens avec l’industrie fossile et pousser la direction du musée (et les tutelles ministérielles du Louvre) à y mettre un terme.

Action relayée sur France Culture.

Passer à l’action

N’hésitez pas à nous faire savoir si vous êtes disponibles pour prendre part aux mobilisations qui seront organisées à l’avenir dans le cadre de cette campagne !
Et bien sûr, signez et faites signez notre appel au Musée du Louvre !

Source : 350.org

jeudi 2 février 2017

Il n'y a pas d'étrangers sur cette terre...

Nailloux, le 27 janvier 2017

Soutien aux demandeurs d’asile

Nous, citoyens de Nailloux et des terres alentour, sommes très fiers
que la Préfecture de Haute-Garonne ait choisi Nailloux comme lieu
d’implantation d’un Centre d’Accueil pour Demandeur d’Asile (CADA).
Suite à la réunion du 13 décembre sous la halle de la commune, nous
tenons ici à faire entendre des voix qui ne se sont pas assez exprimées ce
soir-là, des voix portant ce projet, des voix tenues par une volonté
d’accueil et de partage.
Nous sommes fiers que cette commune puisse être le lieu de
protection et de paix que des hommes, des femmes et des enfants auront
cherché à gagner au péril de leur vie. Nous assurons que les signataires de
ce texte de soutien auront à cœur de contribuer par tous les moyens
humains à un accueil digne de ces populations en danger.
Au fronton de l’Hôtel de Région, on peut lire ces mots de Jean
Jaurès : « Il n’y a qu’une seule race, l’Humanité ». Ces mots sont forts et
nous rassemblent, unis contre les peurs.


Cet appel , nous l'avons reçu de nos voisins de Nailloux .
 Sa version papier est consultable à la Librairie Détours où vous pourrez y déposer votre signature.

 Cette réunion du 13 décembre était teintée d'inquiétude voir  plus si affinités...

Cibles de tous les préjugés, les réfugiés sont aussi victimes de rumeurs aussi infondées qu'injustes.

Le 25 Février prochain à Auterive , le cinéma l'Oustal en partenariat avec Amnesty International et La Cimade vous invite  à évoquer le sort de tous ceux qui comme Thierno Diallo ont fui leur pays .

 



mardi 24 janvier 2017

Victoire contre l’évasion fiscale !


Relaxe totale pour les Faucheurs de Chaises :
victoire contre l’évasion fiscale  !


Dax, le lundi 23 janvier 2017 - A 13h30 aujourd’hui, le tribunal de Dax a confirmé la relaxe totale pour Jon Palais, premier Faucheur de chaises à être passé en jugement. Cette décision, qui légitime les actions de réquisition de chaises menées par des milliers de personnes depuis 2015, est une victoire symbolique dans la lutte contre l’évasion fiscale et pour la transition sociale et écologique.


En prononçant la relaxe pour la totalité des chefs de poursuite à l’encontre de Jon Palais, le tribunal de Dax reconnaît le caractère symbolique des actions de réquisition de chaises permettant de dénoncer tant l’impunité fiscale que le manque de financement de la transition sociale et écologique. Il légitime toutes les actions menées par les milliers de personnes qui ont participé depuis 2015 au mouvement des Faucheurs de chaises.

Cette décision du tribunal confirme les réquisitions faites lors du procès le 9 janvier [1] par les deux avocates de Jon Palais, Eva Joly et Caroline Joly, mais aussi par le Procureur de la République qui avait lui-même dénoncé l’évasion fiscale pendant l’audience et avait préféré qualifier les réquisitions de chaises “d’emport” et non de vol. Jon Palais était le premier Faucheur de chaises à passer en jugement suite à une action de réquisition menée le 19 octobre 2015. Il risquait 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende pour “vol en réunion”.

Il s’agit d’un véritable désaveu pour la BNP Paribas, à l’origine de la plainte. La banque s’était retrouvée mise sur le banc des accusés le 9 janvier lors de la plaidoirie d’Eva Joly qui avait rappelé son implication dans l’évasion fiscale et sa présence dans les paradis fiscaux. Ce ne sont en effet pas les lanceurs d’alerte et les Faucheurs de chaises qu’il faut poursuivre, mais ceux qui pratiquent et organisent l’évasion fiscale, et cette décision doit servir de leçon à la BNP Paribas pour qu’elle cesse de poursuivre les militants. 


La BNP Paribas est en effet à l’origine du second procès d’un Faucheur de chaises, celui de Florent Compain, président des Amis de la Terre France, qui se tiendra à Bar-le-Duc le 11 avril. Le collectif des Faucheurs de Chaises appelle à la poursuite de la mobilisation à cette occasion ainsi que lors de la semaine d’action mondiale contre l’évasion fiscale qui débutera le 3 avril 2017, date anniversaire de la publication des Panama Papers. Il demande à ce que soient mises en oeuvre ses revendications concernant l’évasion fiscale et le financement de la transition écologique et sociale [2].

On lâche rien!

 

mercredi 18 janvier 2017

Quel candidat pour l'accident ?

A l'heure où la campagne électorale mobilise les énergies , il est une question qui n'est à notre connaissance posée à aucun des candidats :

" Etes vous candidat à l'accident nucléaire ?"

Afin que leur réponse soit argumentée , nous suggérons un temps de réflexion et la lecture préalable de ce remarquable ouvrage




et si toutefois ils étaient tentés de botter en touche avec les arguments court-termistes qui semblent s'imposer depuis des décennies à leur mandature en arguant qu'au cœur de l'hiver , le nucléaire est le choix incontournable , la lecture de cet article de Reporterre dont sont extraits ces mots de Marc Jedliczka , porte-parole de l’association d’experts en énergie Negawatt.   : « On paye aujourd’hui des décisions irrationnelles », peut s'avérer utile... 


jeudi 12 janvier 2017

Le procès...de l'évasion fiscale



L'arrivée de Jon au palais...




Au tribunal 


 

Les enjeux



Le résumé d'une journée historique




En conclusion : " ce que demande le procureur ... "


Mis en délibéré, le jugement sera connu le 23 janvier.


A lire : Le reportage complet de Reporterre .

et celui de Kaizen